phat!

Discussion in '2001 Steinmetz Astra Convertible' started by 01VWVR6, Aug 10, 2002.

  1. this car looks great.....could use some help in the hp depatment....this is anoter prime example of a car that i would want to have imported to america....this and a peugot 206 rallye<!-- Signature -->
     
  2. Re: phat!

    What if it were those german bastards?
     
  3. Re: phat!

    hehe, yeah, I think he's talking about your signature. I'm pretty sure it was Porsche. Don't think it was any american company, the only thing they've invented was the Small Block.<!-- Signature -->
     
  4. Re: phat!

    its a nice car to put body kits on <!-- Signature -->
     
  5. Re: phat!

    hey hey we all know damn well who made speed bumps its was the big fat ugly po-po's/5-0/bacon squad/whatever u want to call your local law enforcement agency...those bastards!<!-- Signature -->
     
  6. Re: phat!

    I hate speedbumps. They f*ck up your car. Believe me, it happened to me...

    I'm proud to say I live in Belgium and you see a tuned Astra every five kilometers. Another reasing why I like Belgium... But again, we have very high speedbumps...

    keep the faith<!-- Signature -->
     
  7. Re: phat!

    i own one of these thiugh its the Australien version. Its badged asa holden.<!-- Signature -->
     
  8. Re: phat!

    it sort of looks like an import
     
  9. Re: phat!

    it's really cool.. i live in sweden and are very proud... we care bout the enviroment and we got good cars!
     
  10. Re: phat!

    tewtewr?
     
  11. Re: phat!

    vDevant l'urgence de la situation, Jaguar, dont les XJR-9 connaissent une véritable déroute face aux très efficace Sauber C9-Mercedes dans le championnat 1989, prend la décision d'introduire plus tôt que prévu son nouveau prototype XJR-11 à moteur V6 turbo 3,5 litres ( 3,0 litres pour la version IMSA ).

    Malheureusement ces dernières ne connaissent pas plus de succès, confrontées qu'elles sont à un manque de fiabilité et des problèmes de grip dus à des pneumatiques Dunlop dont la qualité est nettement en retrait par rapport aux Goodyear des Sauber.



    Une seule XJR-11 fait ses débuts aux côtés d'une XJR-9 à Brands Hatch. Confiée à Lammers et Tambay, elle termine cinquième, juste derrière la superbe Aston Martin AMR-1 de Leslie / Redman.

    Dès l'épreuve suivante au Nürburgring, ce sont deux modèles identiques qui sont alignés pour Nielsen / Wallace et Lammers / Tambay.

    Les premiers terminent cinquième alors que les seconds finissent à une modeste dixième place.

    A Donington comme à Spa c'est la débacle totale, si bien que pour la manche finale à Mexico Jaguar ressort ses vieilles mais fiables XJR-9 qui se classent cinquième et sixièùe.

    Au championnat le Silk Cut Jaguar ne peut défendre ses titres 87 et 88 et termine au quatrième rang au classement des équipes.

    Chez les pilotes Lammers et Tambay se hissent en huitième position.



    Pour 1990, Tom Walkinshaw lance un vaste programme de restructuration de son team. Tony Southgate qui a dessiné toutes les Jaguar Groupe C depuis 1985 est sur le départ et c'est Ross Brawn, transfuge de l'écurie de F1 Arrows, qui prend sa place au sein de l'équipe TWR, en tant que chef-designer en charge du dessin et du développement de la partie châssis. Quant à Alan Scott qui officiait jusqu'à présent en tant que responsable du département moteur, il est remplacé par Gerhard Schumann ( ex-BMW ).

    C'est à ce dernier que l'on doit le regain de fiabilité des Jaguar dans cette saison 90. Entre autres modifications apportées par Schumann sur le V6 turbo, on peut noter la substitution du système de gestion électronique de marque Zytek par un système Bosch 1.7 Motronics.

    Les Dunlop qui ont posé tant de problème d'adhérence l'année précédente ont cédé leur place à des Goodyear.



    Malgré tous ces changements les XJR-11 version 90 débute la saison avec un double abandon, sur bris de pompe à huile, à Suzuka.

    La manche de Monza voit les deux voitures terminer la course en troisième

    ( Brundle / Alain Ferté ) et quatrième position ( Lammers / Wallace ).

    A Silverstone, c'est l'euphorie. Les XJR-11 réalisent le doublé avec dans l'ordre Brundle / Ferté suivis de Lammers / Wallace.

    Ces derniers prennent la seconde marche du podium à Spa.

    Pour les 24 heures du Mans, les XJR-11 sont écartées au profit des XJR-12. Un choix très judicieux puisque celles-ci remportent un doublé historique.

    De retour au championnat du monde des sport-prototypes Jaguar jouent classées à Dijon et au Nürburgring avec, respectivement, les quatrième et cinquième places puis troisième et quatrième.

    A Donington les deux voitures sont disqualifiées après que leur carburant ait été déclaré non-conforme.

    Puis vient la manche canadienne de Montréal où la Peugeot 905 fait ses grands débuts. Les deux Jaguar abandonnent sur casse mécanique.

    Pour leur dernière course à Mexico les XJR-11 obtiennent des résultats divers. Si la voiture emmenée par Wallace et Jones se classe troisième,

    celle de Brundle et Lammers stoppe après 46 tours par la faute d'un problème électronique.



    Pour 1991, Tom Walkinshaw lance la construction de machine complètement différente répondant à la nouvelle réglementation des Sport 3,5 litres.

    Les XJR-14 marqueront le dernier sacre de Jaguar dans la discipline.

    Néanmoins cette année là, le team nippon Suntec engage avec l'appui du TWR une XJR-11 dans le JSPC.

    Débarquant dans ce championnat à partir de la seconde manche, cette voiture souffre de la comparaison avec des Nissan et Toyota usine plus affûtées.

    Confiée à Mauro Martini, Jeff Krosnoff et plus occasionnellement John Nielsen, la Jaguar subit trois abandons successifs aux 1000 km de Fuji, 500 miles de Fuji ainsi qu'aux 1000 km de Suzuka.

    C'est lors des 500 km de Sugo que la XJR-11 engrange enfin son premier résultat avec une sixième place.

    L'épreuve suivante au Mont Fuji marque l'ultime course de cette voiture dans le championnat japonais. Partis septième sur la grille, Martini et Krosnoff terminent

    à la même position. Lors de la finale l'équipe de Tom Walkinshaw, forte de son titre de championne du monde des voitures de Sport, débarque à Sugo avec deux XJR-14 dont une pour le team Suntec. L'expérience ne sera pas renouvelée l'année suivante.
    WSPC 89 - Silk Cut Jaguar

    photo Harald Gallinis GT-Eins





    JSPC 91 - Suntec Jaguar








































































































    Jaguar XJR-11 / Silk Cut Jaguar WSPC 1989
    Châssis : monocoque en fibre de carbone et kevlar
    Carrosserie : faite d'éléments en matière synthétique et renforcée de fibre de carbone
    Moteur :











    V6 à 90° Jaguar-Sport JV-6 en aluminium

    4 soupapes / cylindre

    2 turbos Garrett

    3500 cc

    750 ch à 7500 t/mn

    785 Nm à 5500 t/mn

    gestion électronique TER / Zytek

    Transmission : boîte March / TWR à 5 rapports
    Dimensions :






    E : 2794 mm

    L : 4800 mm

    l : 2000 mm

    h : 1100 mm

    Pneus : Dunlop : 17" & 18"
    Jantes : 12,5 x 17 & 16 x 18
    Freins : /
    Vitesse maxi : 368 km/h
    <!-- Signature -->
     
  12. Re: phat!

    How stupid can you get? Jeez you're a moron kenmclaren...<!-- Signature -->
     
  13. Re: phat!

    tewtewr<!-- Signature -->
     
  14. Re: phat!

    nice style...like how the body sort of wraps around the interior...very phat
     
  15. Re: phat!

    settle..
     
  16. Re: phat!

    This car is supa phat!<A BORDER="0" HREF="http://www.supercars.net/emoticons.html"><IMG BORDER="0" SRC="http://speed.supercars.net/cboardhtml/emoticons/wink.gif"></A>
     

Share This Page